Rossi quitte l’Italie et ne produira son E-cat qu’aux USA. Mais pourquoi cette décision qui en fin de comptes va contre son propre pays d’origine ? le problème semble être que l’Italie n’ait pas confiance en lui et en son invention. Cette décision a été prise suite à la réponse que le sous-secrétaire d’état Claudio De Vincenti a fourni à la question parlementaire, présentée par le député Elisabetta Zamparutti au Ministère du Développement Economique concernant le catalyseur d’énergie de Rossi et Focardi. Mais Rossi réplique et accuse De Vincenti d’être ignorant et manipulé par les lobbies italiennes. Et la polémique explose.
Dans le texte de la réponse qu’aurait fourni le sous-secrétaire d’Etat il émerge un manque de confiance total à l’égard de Rossi et de son invention. En effet, après un préambule sur la fusion froide en général, il soutient fermement: “En ce qui concerne le catalyseur d’énergie appelé E-cat […] il convient de souligner que de nombreuses perplexités émergent quant au dispositif, dues au fait que les modalités de fonctionnement n’ont pas été communiquées par son inventeur. En effet, tant les aspects fondamentaux de la composition du combustible, que la structure intérieure du catalyseur sont encore protégés par le secret industriel. […] En outre, mis à part le brevet délivré pour l’Italie, l’inventeur n’a pas obtenu les autres brevets, il n’aurait notamment pas obtenu celui au niveau européen”.

Sur ce point Rossi se défend en disant que la discussion quant au brevet est encore en cours. Mais les perplexités du sous-secrétaire ne s’arrête pas ici: “Pour ce qui concerne, en outre, la commercialisation de l’E-cat, il faut vérifier si le dispositif produit ou non de la radioactivité. A ce sujet, en effet, persistent encore des déclarations contrastantes de la part de son inventeur. A plusieurs occasions l’ingénieur Rossi aurait affirmé que dans son appareil « il ne se produit aucune réaction nucléaire« , excluant donc implicitement, que son dispositif puisse être considéré un réacteur nucléaire. A d’autres occasions en revanche l’ingénieur aurait affirmé que l’E-cat produit seulement de faibles rayons gamma qui peuvent être bloqués facilement à l’aide d’une couche de plomb.

A ces mots Rossi s’est complètement emporté, en définissant sur son blog les affirmations de De Vincenti comme “fausses” et “dépourvues de toute informations spécifiques” et l’accusant même d’ignorance et de soumission aux lobbies italiennes: “Le signal est clair – soutient Rossi – les lobbies liées au gouvernement ont agi”. Toutefois ici aussi Rossi se contredit de façon assez évidente, vue une de ses déclarations précédentes selon laquelle il n’existerait “aucun complot contre la fusion froide”. Ou peut-être qu’à l’époque de cette déclaration il n’était pas au courant de situation de ce genre.

Malgré cela les polémiques continuent mais aussi malheureusement les contradictions. Il est clair maintenant que Rossi quittera l’Italie vu que sa terre natale ne lui croit pas mais nous devons encore attendre de voir si les USA investiront vraiment dans son projet qui demeure encore enveloppé dans le mystère…