Trois ans après  le dernier séminaire de Widom qui s’est tenu en 2009, à l’Université RomaTre, Allan Widom  fait son retour à Rome en plein coeur du cyclone déclenché par les détracteur de la recherche concernant la matière condensée plus ou moins identifiée avec la fusion froide, le piézonucléaire et les Lern.
Le nouveau terrain de recherche inauguré il y a plus de 20 ans par Fleischmann & Pons, a connu au cours des dernières années et est encore en train de connaître une période de grande floraison et une grande accélération grâce aux résultats japonais d’Arata, Iwamura etc., les résultats italiens du Groupe Focardi (ancien recteur de la faculté de Sciences de Bologne) et des groupes de Frascati de l’Enea de Francesco Scaramuzzi et de l’Infn de Francesco Celani, du Groupe d’Alberto Carpinteri du Polytechnique de Turin, avec le support théorique du groupe de Giuliano Preparata et Emilio del Giudice et au cours des dix dernières années, avec le travail théorique d’Allan Widom et Yogi Srivastava, Coordinateur de la Section Infn de Pérouse et ordinaire du Département de physique de l’Université de Pérouse mais aussi de la Neu de Boston où il travaille avec Widom. Le tout est suivi attentivement au niveau mondial par la grande industrie italienne (Pirelli, Ansaldo, Saras, Enel, Stm, etc.), japonaise (Toyota, Mitsubishi) et américaine (Industrie Militaire américaine avec les Navy Lab, Nasa etc.).
Néanmoins, malgré ces développements et ces travaux fort intéressants, un barrage perpétuel n’a de cesse d’entraver, à intervalles réguliers, toute tentative de poursuivre les recherches en matière de LENR. Des discussions fort animées ont fait sauté la table scientifique qui avait été mise en place tant sur internet que dans les salles de Coherence. Les protagonistes scientifiques et industriels furent liquidés. Des pressions furent faites contre Ubaldo Mastromatteo de la part de Stm (en raison de ses positions sur les Lern), contre le groupe Pirelli qui a ensuite démantelé les Pirelli Labs, contre le groupe de Francesco Celani et en dernier lieu il y eut la campagne contre le piézonucléaire et  le prof. Alberto Carpinteri du Polytechnique de Turin et Président de l’Inrm contre lequel se sont déchaînés les opposants dont le directeur du Département de Physique de Rome La Sapienza qui écrivit, le 8 juillet dernier, sur le Manifesto un article pour le moins embarrassant.
Mais heureusement la vie continue et ce mercredi 18 juillet à 17h00 une rencontre est organisée à Rome, à la Casa dell’Aviatore, anciennement ministère de la Guerre, dans la salle «Balbo» mise à disposition par l’Aéronautique Militaire.
Le temps est galant homme et, après le triomphe posthume de certains grands chercheurs, nous assistons finalement au triomphe – de leur vivant – de  Stanley Pons, Sergio Focardi et de tous ceux qui, de façon hardie, ont sacrifié leurs carrières à la bonne cause de la Science et, en l’occurrence, de la science nucléaire à faible énergie …