Le 7 août dernier le prof. Francesco Celani a participé au NIweek 2012 à Austin (Texas) en présentant son réacteur à fusion froide. Il a été allumé le samedi précèdent le début de l’événement pendant 6 heures. Puis le dimanche il a été placé dans le stand qui lui avait été attribué et il a été allumé de nouveau peu avant midi et il a fonctionné de façon stable et ininterrompue pendant plus de 55 heures !

L’allure de la réaction est assez stable, le point culminant d’excès de chaleur a été de 22 W puis il est descendu et s’est maintenu autour des 14 W. Tout ceci fut réalisé face à 5000 participants, sous la supervision constante des ingénieurs et des appareillages de la National Instruments, la société la plus célèbre au monde pour les instruments de mesure. Le filament de Cuivre-Nickel-Manganèse en fonction avait déjà été utilisé (4 fois) à Frascati, et il semblerait même que son rendement s’améliore au fur et à mesure de ses utilisations.

Ajoutons également que la barrière de Coulomb a été publiquement franchie, dans la matière condensée bien évidemment !! Et ce pour la grande joie de tous les détracteurs de la fusion froide et des LENR.

Bien évidement, à ce point la Communauté Scientifique devra adresser de nombreuses excuses, malheureusement posthumes, à Martin Fleischmann et jeter dans la poubelle tout le scepticisme et les préjugés qu’elle a réservé pendant 23 ans à la fusion froide, à l’exception des quelques scientifiques et chercheurs « hérétiques » mis à l’index par la catégorie des « orthodoxes » et des « dogmatiques ».

Maintenant il ne reste plus qu’à attendre pour voir les installations E-cat d’1 Mw d’Andrea Rossi fonctionner à plein régime pendant des semaines et des mois. Après quoi nous pourrons enfin mettre un point final sur le livre de la vieille ère dominée par les géants de l’indutrie pétrolière au détriment des populations et de l’environnement et commencer à écrire le livre de la nouvelle ère de l’humanité sous le signe de la liberté et de l’équité énergétique…

 

Ci-après nous reportons l’article original où le groupe de recherche guidé par Celani illustre l’expérimentation réalisée durant le NIweek 2012 à Austin.

Cu-Ni-Mn alloy wires, with improved sub-micrometric surfaces, used as LENR device by new transparent, dissipation-type, calorimeter di Francesco Celani, E. F. Marano, A. Spallone, A. Nuvoli, E. Purchi(, M. Nakamura, B. Ortenzi, S. Pella, E. Righi, G. Trenta, S. Bartalucci, G. L. Zangari, F. Micciulla, S. Bellucci.

Abstract — Starting in February 2011, we studied the feasibility of new Nickel based alloys that are able to absorb proper amounts of Hydrogen (H2) and/or Deuterium (D2) and that have, in principle, some possibility to generate anomalous thermal effects at temperatures >100°C.
The interest in Ni comes in part because there is the possibility to use H2 instead of expensive D2. Reports by F. Piantelli (since 1992), G. Miley (about 1995), M. Patterson, F. Celani (since 2010) and, overall, claims by A. Rossi and (later on) by Defkalion Company, could be further investigated. Moreover, cross-comparison of results using Hydrogen instead of Deuterium can be made and could help the understanding of the phenomena involved (nuclear origin?) because use of such isotopes.

 

Détail du dispositif LENR apporté par Celani (by e-catworld.com)