Andrea Rossi n’a jamais été avare en confidences concernant les problèmes financiers auxquels il a dû faire face récemment, notamment suite à son divorce avec Defkalion Green Technologies, qui est survenu,après que les deux parties ont constaté, qu’elles ne pouvaient s’entendre sur leurs obligations financières contractuelles.

PESN a contacté Rossi et lui a demandé s’il y avait un moyen pour que les gens puissent lui verser des dons afin qu’il puisse achever, en toute sérénité, son projet d’E-Cat. Ce à quoi Rossi a répondu:

« Non, je refuse catégoriquement l’idée que les gens dépensent leur argent pour mon invention. Ne vous inquiétez pas. Je possède assez d’argent pour mener à bien mes travaux. Nous n’avons pas de réels soucis financiers et je dispose de tous les fonds nécessaires pour faire ce que j’ai à faire »

Plus tard, il a expliqué avoir vendu sa maison ce qui lui donnait toute la latitude pour finir ses expériences.

Depuis que l’histoire de E-Cat a été rendue publique, Rossi a toujours insisté sur le fait qu’il financerait par ses propres moyens son invention et il semble être déterminé à poursuivre dans cette voie. Cette attitude est garante de sa totale indépendance et lui évite d’être etiquetté comme un rapace ou un philantrope tout juste soucieux de s’enrichir sur le dos d’investisseurs désireux de participer à des projets ambitieux- quand bien même ces projets n’aboutiraient jamais et laisseraient les mains vides à ces donateurs.

Cela lui permet aussi de garder la tête haute sachant que ses recherches n’ont demandé aucun centime venu du public.