Andrea Rossi a réussi sans aucun doute l’année dernière à catalyser l’attention de nombreux médias. Le succès de la Conférence de Zürich du week-end dernier le démontre également. L’ingénieur italien a montré les résultats des tests de tierce parties sur l’E-cat et a fait de nouvelles révélations. Pour cette raison, nous reportons ci-après la dernière interview qu’il a relâchée, extraite du site Greenstyle.

- Il n’y a pas très longtemps, le travail visant la production d’un E-cat produisant de l’électricité semblait presque secondaire. Au contraire, l’E-cat domestique était le produit qui suscitait davantage l’attention des médias. Aujourd’hui il semble que les rôles se soient inversés. Comment  expliquez-vous cela ? Si le problème a été l’apparition de problèmes techniques ou bureaucratiques, pouvez-vous nous l’expliquer dans le détail ?
La certification pour les produits domestiques est beaucoup plus complexe, alors que la certification pour les appareils industriels a déjà été obtenue.
- Pouvez-vous confirmer que la Siemens est votre partenaire dans le projet Hot-cat, en précisant avec quelle section vous êtes en relation et avec qui vous êtes en train de collaborer ?
Je ne peux absolument pas fournir d’information à ce sujet
- Quelles sont les autres sociétés qui sont partenaires de la Leonardo Corporation?
Je ne fournirai pas cette information pour éviter que nos clients et nos partenaires ne soient dérangés par des milliers de curieux
- Quand pensez-vous que le Gaz-cat et Hot-cat seront prêts pour la commercialisation ?
Dans 3 à 6 mois environ
- En supposant que nous commandions un E-cat thermique d’1 MW – l’E-cat classique que vous avez déjà vendu par le passé – dans combien de temps pourrions-nous l’avoir ?
4 mois

- D’après ce que nous avons pu comprendre, le système théorique qui guide votre conception a changé au fil du temps. Vous avez dit récemment que la fusion nickel-hydrogène n’est pas le moteur du réacteur, mais un effet secondaire de la décomposition gamma. Vous avez également expliqué que vous ne pouviez pas fournir de détails, jusqu’à ce que les brevets n’auront pas été approuvés. Mais, au vu de cette situation, pouvez-vous néanmoins nous en dire un peu plus ?
Non

- Nous pouvons, par exemple, dire que parler de réacteurs à fusion froide n’est plus désormais simplement une définition qui n’est pas exacte, mais pratiquement erronée ?
Non
- Abordons maintenant un secteur un peu délicat, celui de la concurrence. En supposant que vous ne reteniez pas Defkalion à la hauteur, comment jugez-vous le travail d’autres groupes tels Brillouin, JetEnergy, mais surtout Celani et Piantelli ?
Aucun commentaire
- Le Prof. Ugo Abundo affirme avoir construit un réacteur LENR au sein d’un projet scolaire. En outre, il continue maintenant ce travail avec une philosophie opensource. Quelle idée vous vous êtes fait des réacteurs Athanor et Hydrobetatron  ?
Aucun commentaire

La concision d’Andrea Rossi à l’égard des journalistes fait sûrement partie de son style et on ne peut s’attendre à des réponses plus élaborées. Mais comme le souligne le journaliste-même de cette interview, il est de son devoir de faire son travail correctement et de discerner toute contradiction ou réponses incomplètes. Maintenant, admettons que Rossi ne puisse parler de ses nouvelles théories sur le fonctionnement de l’E-cat pour des raisons de secrets commerciaux; admettons qu’il ne veuille pas parler du travail de la concurrence mais il y a au moins trois points de cette interview qui ne fonctionnent pas à 100 %. Probablement ela est dû à la concision des réponses, mais nous ne pouvons pas nous poser les questions suivantes:
•    il y a quelques mois encore l’E-cat domestique semblait être le produit phare de la Leonardo Corporation. Les concurrents-mêmes pointaient notamment sur cela (cf Defkalion), mais à un certain moment la Leonardo a découvert que les passages bureaucratiques pour les installations domestiques sont plus longues. Comment est-ce possible qu’une entreprise de professionnels se soit rendue compte de ces problèmes après tant de temps ?
•    Andrea Rossi ne veut pas révéler les détails de la participation de la Siemens à son projet Hot-cat, et il semble même ne pas vouloir la confirmer. Pourtant, Siemens est une entreprise énorme qui n’a certainement pas peur d’affronter d’éventuels courriels ou questions de la part des curieux. Son nom a déjà été cité plusieurs fois. Pourquoi Rossi se refuse-t-il de confirmer son partenariat par exemple en ce qui concerne la construction des transformateurs, au département énergie ?
•    Il en va de même pour les autres entreprises qui sont impliquées dans ce projet. S’il est vrai qu’il y en a d’importantes, pourquoi alors les garder cachées ? Par conséquent, y a-t-il vraiment des partenaires importants ?

Ceci étant dit, soulignons les deux passages positifs de cette entrevue: dans maximum 6 mois l’Hot-cat (et le Gaz-cat) seront commercialisés. Et, en commandant aujourd’hui un E-cat thermique d’1 Mw il sera disponible dans un délai de 4 mois. Ce qui voudrait dire que si un curieux souhaitait le tester pour faire savoir au monde entier s’il fonctionne ou pas il peut le faire sans problème. Bien sûr il aura besoin de débourser 1 million d’euros, chiffre qui pourrait faire passer facilement sa curiosité…