L’Ordre des Ingénieurs de Bologne se déclare favorable au Catalyseur d’Energie de l’Ing. Andrea Rossi et de Sergio Focardi, professeur de physique à l’Université de Bologne, fonctionnant grâce à la fusion à faible énergie (LENR). A l’occasion d’une rencontre qui a eu lieu justement auprès du siège de l’ordre des ingénieurs bolognais, ceux-ci, bien qu’ayant pleinement confiance en l’E-cat et en la fusion à faible énergie, ont exprimé leur souhait de voir la production et la mise en place de réacteurs E-cat qui soient à la hauteur des promesses de l’Ing. Rossi.

Le prof. Focardi se penche depuis de longues années, soutenu par son groupe de chercheurs de l’Université de Bologne et un groupe de chercheurs de l’Université de Sienne, dirigé par le prof. Francesco Piantelli, sur le phénomène de la fusion froide. Toutefois, bien qu’étant spécialisés en la matière, le fonctionnement du catalyseur demeure encore un mystère, ce qui ne joue évidemment pas en leur faveur et leur fait plutôt perdre du terrain aux yeux du public, expert ou profane qu’il soit.

Toutefois, ce scepticisme quasi global n’empêche pas l’E-cat de susciter de plus en plus d’intérêt autour de lui et de faire ainsi augmenter les demandes d’achat. Comme face à toute invention digne de ce nom, la peur et la méfiance l’emportent sur l’enthousiasme et la confiance. La nouveauté effraie toujours au premier abord.

Un parallèle possible peut être établi entre Andrea Rossi et Guglielmo Marconi, bolognais lui aussi. A deux époques totalement différentes certes, mais la réaction d’ensemble n’en demeure pas moins similaire. Néanmoins, Rossi, sûr de lui, insouciant des critiques et des détracteurs, continue d’affirmer que son E-cat marche parfaitement, et il le fait en passant sur le blog du Journal of Nuclear Physics, il le fait en refusant de faire d’autres tests publics, il le fait en refusant de faire analyser l’intérieur de son catalyseur. Et tout ceci à un moment où son ex associée, la société grecque Defkalion, déclare non seulement avoir compris le mécanisme qui permet cette réaction de fusion froide mais également  être sur le point de lancer sur le marché son propre réacteur, l’Hypérion, et ce d’ici 2012 !!

Focardi a assuré personnellement que l’E-cat fonctionne. Il souligne que lors du test de Bologne le 28 octobre dernier, le réacteur avait produit de l’énergie propre, en grande quantité, et ce grâce à la fusion entre le nickel, l’hydrogène et l’énergie thermique. Ce réacteur représenterait donc la solution aux problèmes énergétiques de la Terre…