Andrea Rossi confirme que la production industrielle de l’E-cat a démarré aux Etats-Unis et qu’il a déjà reçu 10 000 commandes sur internet.

Cette nouvelle a été diffusée par Andrea Rossi directement sur le JNP (Journal of nuclear physics) mais il l’a déclaré uniquement parce que la question lui avait été posée. Par contre, aucun renseignement n’a été fourni quant au lieu de cette production, quant aux dimensions, quant à la quantité d’E-cat qui pourra être produite ni à quel prix. Rien de tout cela n’a été dévoilé.

Ce qui est surprenant, c’est que malgré les mystères qui continuent de planer au-dessus du catalyseur d’énergie, enveloppé dans un cocon impénétrable, des tonnes de réservations sont arrivées, pratiquement à l’aveuglette, à Andrea Rossi. Cette masse de réservations lui a permis d’atteindre en un rien de temps le seuil fatidique des 10.000 E-cat commandés sur internet, toujours par le biais du JNP. En effet, il y a quelques semaines, une campagne publicitaire avait été lancée justement sur ce site, offrant une réduction substantielle aux lecteurs de ce site désirant acheter un E-cat domestique (production prévue pour dans 2 ans). Le prix est plutôt bas: 400 euros pour chaque Kw thermique, ce qui veut dire qu’un réacteur de 10 Kw coûtera seulement 4 ooo euro, prix exceptionnel et réservé aux fans de Rossi. Aucune mention n’est faite cependant concernant le lieu de production.

Malheureusement, tant de succès comporte son revers de la médaille. Des hackers se sont de nouveau emparés du site du JNP qui depuis dimanche dernier est inaccessible. Cela n’est pas la première attaque. A la place de la page d’accueil l’on trouve écrit « This Account Has Been Suspended » (http://www.journal-of-nuclear-physics.com/cgi-sys/suspendedpage.cgi ). La fois précédente, en novembre dernier, le site avait été débloqué après quelques heures seulement grâce au webmaster du Journal. Rossi avait été avisé alors qu’une nouvelle attaque aurait eu lieu, et en effet la voici. Mais ce qui est encore plus grave est que Rossi a également reçu des menaces personnelles, à court terme. Malgré cela, l’ingénieur, impassible et fidèle à lui-même, au lieu de dénoncer ses attaquants publiquement dit d’être heureux de ses attaques car cela veut dire susciter de l’intérêt tout autour de lui, déranger et faire du bruit.

Faire parler de lui (en bien ou en mal) le place au centre de l’attention et témoigne que le travail qu’il est en train d’accomplir est réellement un travail bien fait et être gênant pour certains qui risquent une véritable…. hECATombe !!!!…….