L’énergie durable pour tous, c’est à travers cette résolution que l’ONU a proclamé l’année 2012 Année internationale de l’énergie durable pour tous.

L’énergie est le poumon de la société, elle concentre à elle seule les réflexions essentielles de notre société, à la fois économiques mais aussi sociales. L’ONU a donc inscrit cette nouvelle année 2012 pour l’accès de services énergétiques propres, efficaces, abordables et fiables à tous. Indispensable afin d’assurer la prospérité mondiale.

Une année pour permettre de rendre accessible la précieuse énergie à tous, notamment dans les pays en voie de développement. Plus de 3 milliards de personnes sont dépendantes de l’énergie issue du charbon ou de la biomasse traditionnelle. Un milliard et demi ne disposent pas de réseau électrique et, l’accès aux services énergétiques modernes est trop coûteux pour des millions de personnes connaissant des difficultés économiques.

Une réalité qui entraîne des conséquences sanitaires et économiques graves, entre bâtiments mal ventilés et absences de productivité ou d’activités. Cette raréfaction énergétique ne permet pas aux régions isolées de posséder des infrastructures, hôpitaux, écoles, correctes. De même, l’accès à l’eau potable et l’assainissement sont dépendants d’une capacité de pompage efficace. Si l’accès à l’énergie n’est pas au point, les effets peuvent être dévastateurs sur les populations vulnérables. Les femmes et les filles dans le monde en développement sont disproportionnellement affectées à cet égard.

Les modes actuels de production et de consommation d’énergie non durable, celles du charbon ou de la biomasse traditionnelle, représentent une menace pour l’environnement, tant sur le plan local que sur le plan mondial, les émissions de la combustion fossile provoquent une acidification des sols et de l’eau, et entraînent une pollution de l’air urbain.

C’est pourquoi il est essentiel:
- de recourir aux sources d’énergie nouvelles et renouvelables,
- d’utiliser des technologies faiblement émettrices de carbone, y compris des techniques moins polluantes d’exploitation des combustibles fossiles,
- d’exploiter de manière rationnelle des sources traditionnelles d’énergie.

Conformément aux points mentionnés par la résolution de l’ONU, nous pouvons affirmer que le recours aux réactions nucléaires à faible énergie (LENR) serait très certainement des plus heureux.

C’est dans ce sens que l’ISEO (International Sustainable Energy Organisation) organise à Genève, du 10 au 12 janvier 2012 une Conférence mondiale de l’Energie Durable  intitulée World Sustainable Energy Conference. (http://www.uniseo.org/documents/WSECagenda_000.pdf). Y prendront part des représentants institutionnels et des Nations-Unies engagés dans le secteur de l’énergie et de l’environnement, des industriels, des académiciens et des représentants des plus importantes ONG. Parmi les intervenants mentionnons le nom du scientifique italien de renom, le prof. Francesco Celani, qui interviendra sur le thème des LENR. L’objectif de cette Conférence est de présenter et de discuter sur l’ensemble des solutions énergétiques durables et sur leur installation et de souligner l’impact positif des énergies durables sur l’économie, l’emploi et la santé.

L’année 2012 sera-t-elle donc synonyme de fusion froide ?…