Il s’avère quasiment impossible d’évaluer à quel stade de développement le catalyseur d’énergie le E-Cat d’Andrea Rossi, se trouve ces temps derniers. On se souvient qu’Andrea Rossi a fait sensation au début de l’année en effectuant des démonstrations répétées à l’Université de Bologne en prouvant qu’il était possible de dégager de l’énergie thermique avec la fusion froide grâce à son invention.

Toutefois, certains ont émis des doutes sur la façon dont les mesures ont été calculées ( voir la critique de Steven Krivit dans ce blog) et Rossi a refusé de s’expliquer là dessus, voulant à tout prix garder la main mise sur son processus d’élaboration. Ce qui est somme toute fort compréhensible.

Andrea Rossi vient d’indiquer qu’il a mis fin à ses relations avec Defkalion, l’entreprise grecque qui le suivait depuis ses débuts. Il affirme travailler et collaborer désormais avec une firme américaine mais il a pris soin de garder son identité secrète.

Cependant, Rossi insiste sur le fait que son installation suit son cours et qu’elle sera dévoilée à la fin du mois d’octobre, quelque part sur le continent américain. De son côté, Defkalion assure continuer de son côté à travailler sur la ligne de produits du catalyseur appelée Hyperion, et ce avec ou sans le recours de Rossi.

Afin de porter crédit à cet article, je me dois de dire que j’ai rencontré personnellement Andrea Rossi ainsi que son partenaire pour la commercialisation de l’E-Cat aux Etats-Unis, Ampenergo, INC. Son équipe m’est apparue dés plus crédibles, sérieuses, motivées, et elle travaille d’arrache pied pour permettre la commercialisation de l’E-Cat.

Je souhaite à Rossi de réussir dans son entreprise et lui réitère mes meilleurs vœux de succés.

(Extrait d’un article de David Niebauer paru sur CleanTechBlog)