Concernant la fusion froide ou LENR, les faits sont désormais à l’ordre du jour avec une cadence et une fréquence tout à fait extraordinaire, si l’on considère que cette technologie a été mise en veilleuse pendant pratiquement 22 ans !!!

Dernièrement Andrea Rossi a annoncé avoir obtenu des améliorations significatives de son E-cat. Celui-ci ne nécessitera aucune intervention compliquée d’entretien, mais il suffira seulement remplacer une cartouche (comme l’imprimante) tous les 6 mois. Une fois la cartouche terminée,  le combustible restant sera régénéré pour obtenir une nouvelle cartouche. En outre, l’ing. Rossi déclare avoir amélioré la technologie de démarrage de l’E-cat à savoir que l’heure de préchauffage annoncée n’est plus nécessaire. Si l’on en croit à toutes ces déclarations, ce sont certainement des nouvelles positives, mais elles confirment également que l’ingénierie de l’E-cat est encore incomplète et que l’immission sur le marché n’est pas aussi proche qu’elle le semble.

En effet, les doutes majeurs que les experts manifestent quant aux preuves publiques de Rossi ne concernent pas le fonctionnement de l’ E-cat mais plutôt la façon dont il fonctionne et la durée de son fonctionnement, la façon dont il sera contrôlé, la façon dont il faudra l’éteindre et le rallumer et la stabilité des prestations dans le temps.

Après avoir rendue publique la vidéo “choc” sur le site de la NASA, et publiée le 16 janvier sur le blog fusion-froide.fr, Joe Zawodny réapparaît sur le net et publie sur son site privé un long texte dans lequel il semble vouloir retirer ou préciser ce qu’il avait déclaré le veille. L’expression “mea culpa”, par laquelle Zawodny termine son récit, témoigne clairement d’un certain embarras tant pour la NASA (utiliser un site privé pour démentir ou préciser ce qui avait été publié sur le site officiel avec vidéo et interview à l’appui), que pour Zawodny.

Le troisième “coup de théâtre” est celui de Lewis Larsen qui, sur New Energy Times, raconte que ce n’est qu’en 2008 qu’il a eu connaissance des travaux de  Fleishmann, Pons et Preparata publiés en Italie sur le Nuovo Cimento en 1994. Larsen déclare donc d’avoir développé sa théorie ignorant totalement la recherche qui avait été publiée de nombreuses années auparavant mais reconnaît à la fois que ce document-là contient tous les présupposés qui sous-tendent le développement de la théorie Widom Larsen, qui a obtenu aujourd’hui le plus grand consensus (cf post publié sur le blog fusionfroide.ch). Ici aussi l’embarras est plus que tangible.

Le quatrième “coup de théâtre” concerne l’invitation adressée au prof. Francesco Celani par l’INFN pour présenter au CERN de Genève l’état de l’art sur la fusion froide ou LENR. Les détails n’ont pas encore été communiqués.

Enfin, tout récemment, le concurrent grec de Rossi, Defkalion, a annoncé sur son site qu’il entend faire une démonstration publique de fonctionnement de son appareil Hypérion à l’aide d’un test et d’un suivi d’au moins 48 heures à mener  sur deux réacteurs jumeaux, un actif et un autre non chargé. Puis les deux réacteurs seront inversés pour conduire un test de vérification des résultats du premier. Les prestations déclarées sont un COP de 20 et des températures dépassant 650° C, plus que suffisant afin de produire de l’énergie électrique.

Cette nouvelle est fort importante aussi bien concernant les prestations promises (bien supérieures à celles de Rossi) que pour la disponibilité à mener le test publiquement et pour une longue durée.

A ce point, combien de temps devons-nous encore attendre pour avoir une confirmation officielle provenant du monde politique ou scientifique ? Certaines informations sur le web annoncent que le discours du président américain Barack Obama portera justement sur l’énergie. Obama dira-t-il quelque chose également sur les LENR?…