La réplique aux insinuations du blogger Krivit de la part du professeur Mitchell Swartz, de la Jet Energy, principal responsable technique de l’expérimentation de fusion froide au MIT n’a pas tardé à arriver. Quant à Andrea Rossi, bien qu’il ait lui aussi rétorqué contre les attaques de Krivit, ses contre-critiques sont allées bien au-delà du langage purement technique et se sont transformées en de réelles accusations contre le blogger. Ceux qui sont intéressés par le déroulement de cet épisode, peuvent faire référence au blog de Krivit qui a déjà fourni sa réplique.

En ce qui nous concerne, concentrons-nous sur ce qui est tout particulièrement intéressant à savoir les données qui ont été publiées en partie dans les deux graphiques.
Swartz rappelle tout d’abord que la durée de l’expérimentation n’a pas été comme l’a reporté Krivit d’à peine trois minutes mais qu’elle a bien duré plus d’une heure. Donc une production d’énergie résultat des réactions nucléaires à faible température (LENR) qui a dépassé 60 minutes de production continue. En outre il y aurait d’autres erreurs dans les affirmations de Krivit. Ce qui laisse donc entrevoir un manque de sérieux dans le travail de ce blogger américain dont la seule volonté est de nuire à la réputation de la fusion froide et de ses partisans. Ou.. tout cela ne serait-ce qu’un jeu, tout cela ne cèlerait-il pas une tactique pour faire parler de soi ?
Quoiqu’il en soit, Swartz a adopté une technique rhétorique similaire à celle d’Andrea Rossi – qui traite de “serpents” les journalistes qu’il estime volontairement contraires. Mais en réalité l’on se rend vite compte que l’expérimentation au MIT ne passe qu’au second plan.  Surtout si l’on considère qu’au stade actuel la fusion froide compte déjà de nombreux succès tant sur le versant grec que sur le versant italien dont les réacteurs vantent désormais depuis des mois des productions aux puissances en watts bien supérieures.
Si l’équipe de la JET Energy détient réellement quelque chose de sensationnel elle devrait se hâter de le révéler car s’il est vrai que l’E-cat ou l’Hypérion sont proches de la ligne d’arrivée alors ils la devanceraient largement mais si, dans ces deux cas, aucune suite n’y sera donnée et tout ceci n’aura été qu’une belle supercherie, alors cela sonnerait le glas pour la fusion froide qui ne pourrait plus se remettre en cause et perdrait toute crédibilité, comme cela avait déjà eu lieu il a plus de 20 ans…