L’impatience et l’agitation à l’égard de la sortie sur les marchés mondiaux des réacteurs révolutionnaires italien et grec commencent sérieusement à se faire sentir auprès des futurs usagers potentiels, surtout auprès de ceux qui se sont inscrits sur la liste d’attente pour les réservations de l’E-cat. Les réacteurs E-cat et Hypérion doivent encore démontrer, une fois commercialisés, d’être réellement des inventions miraculeuses, comme l’ont maintes fois répété et promis leurs inventeurs, respectivement l’ing. Andrea Rossi et la société Defkalion Green Technologies.

Par ailleurs c’est pour aujourd’hui que sont attendus les résultats du test en Grèce sur le réacteur de la Defkalion, l’Hypérion. Qu’en sera-t-il ?

En réalité, et veuillez me passer le vilain jeu de mot mais la fusion froide reste donc actuellement l’un des thèmes « chauds » du web. Et cela a raison. Car le motif de ce grand intérêt qu’elle suscite jour après jour demeure en partie dans la nature de la promesse sous-jacente à cette technologie: la promesse d’une nouvelle source énergétique non seulement écologiquement quasi parfaite mais aux coûts absolument dérisoires si on les compare à ceux des sources actuellement connues et utilisées. A une époque donc où la crise globale ne fait que meurtrir de plus en plus des populations toutes entières, sans l’ombre d’une issue à court terme, sans l’ombre d’une reprise tant pour les familles qui ne cessent de faire des sacrifices tant pour l’économie des états qui ne fait que précipiter, la fusion froide continue de revêtir un peu le rôle d’une bouée de secours même si au stade actuel elle ne semble encore vouloir se défaire de son habit de mirage et nous laisse languir jour après jour…

Dernièrement, des sites tels Cold Fusion News ou E-cat World, ont publié toute une série d’articles sur l’impact probable de l’invention d’Andrea Rossi sur le système économique global et sur la vie quotidienne des Italiens. La conclusion est toujours la même: la fusion froide peut, avant tout, réduire grandement les coûts des familles italiennes en ce qui concerne les frais de chauffage. Cela entrainerait certainement également une baisse des coûts des hydrocarbures et une plus grande indépendance des Etats à l’égard des pays producteurs de gaz (qui est aujourd’hui la source énergétique la plus utilisée pour les chaudières).

Tout ceci deviendrait encore plus intéressant du moment où ces réacteurs miraculeux ne produiraient pas seulement de la chaleur mais aussi de l’énergie électrique….