Alors que le premier exemplaire, après le prototype, du réacteur d’1 Mw va bientôt être envoyé à l’acheteur, Rossi parle d’un retard dans les livraisons de l’E-cat d’environ 16-18 mois. Ce retard serait dû à des temps plus longs que prévus pour la fabrication et/ou pour l’obtention des certificats de sécurité.

Suite à une interview téléphonique à Rossi, la discussion a été reportée sur son site. La nouvelle probablement la plus importante est qu’à Bologne il y a eu une rencontre avec la Siemens A.G. (Société allemande d’ingénierie) qui a démontré que la turbine pourrait produire de l’énergie électrique à 30 % de son efficacité à partir d’une température de la vapeur de 251° C. Il s’agit là d’une température largement inférieure aux 550° de la vapeur qui sont généralement nécessaires pour générer de l’électricité. Rossi déclare que l’E-cat devient instable lorsqu’il travaille à des températures élevées et qu’en raison de ce tournant il est capable de prévoir que la production électrique de générateurs d’ 1 Mw pourrait avoir lieu plus tôt que prévu. En revanche il estime que pour la production d’électricité à partir de l’E-cat domestique il faudra attendre encore un peu.

Concernant les réacteurs de 10 kw Rossi a précisé que la dimension finale de ces unités sera de 12 x 12 x 4 pouces (30,48 cm x 30,48 cm x 10,16 cm) et que leur poids sera de 20 livres à savoir environ 9 kg, et seront réalisés avec un matériau synthétique isolant spécial qui entoure chaque réacteur afin de garantir le maximum d’efficacité. Rossi a souligné que les unités de 10 kW ont été projetées pour être ajoutées à des systèmes de réchauffement déjà existant et non pas pour les remplacer. Elles serviront donc pour fournir de la chaleur supplémentaire à des systèmes déjà installés dans les domiciles afin d’économiser par rapport aux sources actuelles de combustible. La puissance thermique de ces unités sera de 40 à 80 ° C. Elles fourniront le chauffage et l’eau chaude dans les maisons.

Ces unités auront des contrôles automatiques. Le client ne pourra pas modifier ses opérations. Rossi affirme qu’un COP de 6 est garanti. Le coût unitaire de ces réacteurs s’élèvera entre 600 et 900 $, ce qui devrait décourager tout concurrent. La production n’est cependant pas prévue en-dehors des USA car les dimensions réduites de ces unités les rendent facilement exportables à l’étranger. En revanche, les coûts douaniers et d’expédition pourraient faire augmenter le prix de ces unités jusqu’à 20% par rapport au prix de vente au sein des Usa. Il ajoute également que le prix sera tellement bas que pas même les constructeurs asiatiques seraient capables de rivaliser avec la production américaine de la Leonardo.

Rossi espère commencer à vendre ses produits l’hiver prochain mais comme nous avons déjà dit auparavant considéré qu’il y aura certainement un retard de 16 à 18 mois en raison des temps de la fabrication robotisée, à ce qu’il paraît en Floride, ainsi que de la difficulté pour compléter la certification de sécurité, en cours depuis trois mois pour l’utilisation domestique. Le réacteur plus grand d’1 Mw devrait, dès qu’auront été effectuées certaines modifications au prototype, être envoyé au prix d’1,5 million de dollars, dans un délai de 15 jours au mystérieux client militaire (américain?) qui l’a acheté et qui donnera lieu ensuite à la construction de 11 autres exemplaires qui sembleraient avoir déjà été réservés par d’autres acheteurs. Même pour ces grands réacteurs une usine est en construction aux USA...