Finalement des nouvelles commencent à arriver concernant le réacteur nucléaire à faible énergie d’Andrea Rossi, l’E-cat. La question de savoir si cette découverte révolutionnaire est vraiment réalisable ou si elle relève uniquement de l’imaginaire ou de la mauvaise foi de ses inventeurs est de plus en plus présente au cœur des débats parlementaires ainsi que dans les émissions télévisées du Bel Paese.

Bien que jusqu’à peu de temps encore, aucun mot n’était prononcé au sujet de la fusion froide, les circuits médiatiques et politiques italiens commencnet enfin à favoriser cet échange d’informations. La miraculeuse machine de la fusion froide conçue par l’ing. Andrea Rossi et le prof. Sergio Focardi est en train de se frayer un chemin à l’intérieur des foyers italiens. Ainsi les familles commencent peu à peu à prendre conscience des progrès que la science est en train d’accomplir en faveur du bien-être de la population mondiale et de l’environnement. 

Dans le service de Raidue il a été mis en lumière que pour faire démarrer le catalyseur d’énergie, l’E-cat, il suffisait de le réchauffer pendant deux heures pour avoir ensuite une autonomie de 6 mois. Le prof. Francesco Celani, qui a été interviewé sur cette question, invite à ne pas utiliser le terme de fusion froide mais préfère parler de réactions à faible énergie.

Actuellement, le débat se penche souvent sur la localisation de l’entreprise qui produirait le dispositif E-cat. Au départ, même si mille versions contradictoires ont été fournies, il semblait que cette société devait etre construite en Floride.
Aujourd’hui, sur les pages du Journal of Nuclear Physics, Andrea Rossi dit avoir déjà une entreprise mais que pour des raisons de sécurité elle est sous un autre nom et que tant que la situation ne changera pas, il ne révèlera aucun détail supplémentaire. Il retient que l’important n’est pas de savoir où se trouve cette usine mais plutôt de savoir que le produit fonctionne correctement. Parallèlement il ajoute qu’il est sur le point d’obtenir les certificats qui l’autoriseront à produire son E-cat domestique.

Cependant sur le versant grec, rappelons-le la Defkalion a fermé son forum depuis quelques mois, il semblerait que les choses aillent dans la même direction.
Sur le site Chrismartenson.com un usager a posté un compte-rendu concernant sa visite aux établissements de la DGT où il aurait rencontré les représentants de la société hellénique. Il dit que les Grecs sont eux aussi sur la bonne voie et proches de la commercialisation de leur Hypérion basé lui aussi sur les LENR. Il ajoute même que les prévisions parlent de juillet 2012, c’est-à-dire qu’ils devanceraient la commercialisation de l’E-cat. Le problème est que cet usager est demeuré dans l’anonymat et vu que le forum grec est fermé, la DGT ne peut répliquer à cette déclaration.
Mais une chose est sûre: si l’Hypérion sera lancé sur le marché avant l’E-cat, Rossi ne perdra pas une seule seconde pour les attaquer au tribunal pour plagiat comme il a plusieurs menacé de faire mettant ainsi en garde tous ceux qui tenteraient de lui voler sa technologie…