L’ingénieur Andrea Rossi a révélé de nouveaux détails quant à son projet E-cat. A bref délai, le réacteur nucléaire à faible énergie démarrera aux Etats-Unis et sera ouvert au public. C’est du moins ce que promet l’ingénieur Andrea Rossi qui, au cours d’une interview faite à la OilPrice, a communiqué que le complètement de la version de son réacteur d’1MW destiné au marché américain est tout proche. L’Hypérion, quant à lui, sera en vente dès le mois de juillet prochain.

L’E-cat fera donc bientôt ses débuts sur le marché américain et sera ouvert au public. Cela est une grande nouveauté vu que l’ing. Andrea Rossi a toujours été réticent à ce genre de publicité. Une autre grande nouveauté vient du fait que Rossi, contrairement à sa nature fort mystérieuse, a également fourni des détails concernant les caractéristiques et le fonctionnement de son catalyseur d’énergie. Il dit qu’il s’agit en fait d’un réchauffeur. Rossi a dit : « on utilise un catalyseur secret pour fondre l’hydrogène et le nickel afin de former du cuivre.  Le cuivre a un état d’énergie inférieur à celui du nickel et l’excès d’énergie est délivré sous forme d’un rayon gamma. Ce rayon gamma touche une paroi de plomb où il est absorbé et transformé en chaleur. Tout ce processus est extrêmement efficace et peut réchauffer tout fluide passant à travers cette machine ».

Ces toutes nouvelles informations arrivent finalement en faveur des partisans de l’E-cat et permettent ainsi de fournir quelques élucidations au sujet de ce projet qui, jusqu’à présent, en raison de tous les « tabous » de la part d’Andrea Rossi, a favorisé une attitude négative à son égard. Il a été considéré par la plupart plutôt comme une truffe ou du moins, il a certainement été vu de mauvais œil par les nombreux sceptiques. Mais de cela l’ing. Rossi était bien conscient dès le départ des conséquences que pouvait engendrer un tel comportement de fermeture à l’égard de l’opinion publique: « j’ai toujours pensé à la possibilité de formes de résistance de la part des personnes qui ne sont pas disposées à accepter le changement mais cela c’est le cas dans tous les secteurs de la vie, pas seulement en physique ». Il est vrai que le monde scientifique a montré son intérêt pour l’invention de Rossi mais il est tout aussi vrai qu’il n’a pas hésité à faire part de son scepticisme.

Rossi « il était difficile de croire que j’avais enfin produit un exemple de LENR » tout en rappelant d’avoir payé Sergio Focardi, physicien et professeur émérite à l’Université de Bologne « pour chercher à me convaincre que je me trompais et me soulager de mon obsession des LENR . A la fin j’ai fini par le convaincre et il a décidé de travailler avec moi dans le développement de l’E-cat ».

Rossi a également promis que les réacteurs E-cat d’1 MW seront reliés entre-eux dans le but de former de grandes centrales électriques...