Concernant la fusion froide, des nouvelles arrivent au sujet de l’E-cat. L’ing. Andrea Rossi a fait des déclarations qui ont été rapportées sur le site Journal of Nuclear Physics ainsi que sur le site E-Catworld.com. Il semblerait qu’une entreprise pour la production du catalyseur d’énergie est également prévue en Europe.

Le journaliste Frank Acland a demandé à l’ingénieur italien combien de temps il faudra encore attendre pour que les dispositifs E-cat soient finalement produits aux États-Unis, bien entendu dès lors qu’il aura obtenu les certifications de sécurité.  Voici ce qu’a répondu Andrea Rossi: “nous avons déjà conçu toute la ligne de production dans les deux établissements que nous lancerons (un aux États-Unis, un en Europe) et nous devrons seulement préparer le logiciel des robots et fixer les dessins dès que les requis des certificateurs nous seront transmis. Je pense qu’il faudra encore attendre encore de 6 à 12 mois une fois que les certifications seront prêtes pour donner cours à la production”. Il est clair que l’ingénieur Rossi a étrangement révélé plus de détails par rapport à la question qui lui avait été posée. Aurait-il subtilement saisi ainsi l’occasion pour susciter la curiosité de ses lecteurs et les faire languir encore plus. En effet, Andrea Rosse se plaît à lancer des fragments d’informations alléchantes non seulement afin de maintenir vif l’intérêt de tous ceux qui suivent les vicissitudes de son réacteur nucléaire à faible énergie mais aussi, et surtout, de ses détracteurs afin de continuer à faire parler de lui.

Les États-Unis et l’Europe donc. Une fois encore cependant le problème des brevets se pose, et il semblerait qu’ils aient déjà été approuvés aux USA mais probablement pas encore en Europe. Mais sur ce point aucun autre détail n’a été fourni.

Ce qui est sûr c’est que, contrairement à ce qu’il avait toujours déclaré, le mystérieux ingénieur italien annonce pour la première qu’il a l’intention de produire son E-cat également dans le Vieux Continent. Encore une fois Rossi semble changer complètement ses projets par rapport à son idée initiale qui était celle de limiter sa production exclusivement aux États-Unis. Mais pourquoi donc Andrea Rossi aurait-il changer d’avis ? Deux entreprises pour redoubler la production de l’E-cat ? Devons-nous voir ici une autre confirmation du fait que la production d’énergie à travers la fusion froide est réellement possible ? ou bien ce virement de bord n’en est-il en réalité pas un. Peut-être qu’au vu des nombreuses réservations ed’E-cat Rossi projetait déjà auparant de se servir de deux entreprises, situées dans deux continents différents afin de satisfaire au mieux sa clientèle mais qu’il n’en avait jamais touché mot.

Et ce n’est pas tout. Toujours d’après les déclarations de Rossi, le processus de certification est en cours mais il serait à bon point. “Hier j’ai passé toute la journée avec les ingénieurs des certifications et nous avons fait des progrès considérables” a dit Rossi…