L’ingénieur italien, Andrea Rossi, résident en Floride, en mettant au point son E-cat a détruit le mur du dogme scientifique qui refusait ou retenait impossible les réactions nucléaires à faible énergie (LENR). Lui, ainsi que de nombreux défenseurs de la fusion à froid, sont pleinement convaincus que la promesse d’une énergie propre, infinie et à des prix fort compétitifs est finalement sur le point d’être maintenue. Bien qu’ayant passé quelques mésaventures judiciaires en raison de son inexpérience, l’ing. Rossi a réussi à gagner la confiance de certains chercheurs et entrepreneurs et à sauver ainsi son image de marque regagnant la popularité perdue à l’époque des faits.
Certes encore aujourd’hui bon nombre de chercheurs, de journalistes et d’entrepreneurs lui ont déclaré une guerre médiatique à travers les blogs tentant de convaincre de leur côté que Rossi est un charlatan mais il est également vrai que son invention a suscité la curiosité de tous ceux qui croient en la possibilité de réaliser ce rêve, que représente la fusion froide. Aussi de nombreux chercheurs multiplient les essais pour copier le processus de réaction nucléaire qui a lieu au cœur de l’E-cat. Certains d’eux disent même y être parvenus.

Les personnages qui jouent un rôle clef dans les aventures de l’E-cat sont Andrea Rossi, inventeur et entrepreneur; Sergio Focardi, physicien émérite à l’Université de Bologne, qui a développé le prototype de l’E-cat avec Rossi; Giuseppe Levi, du Département de Physique à l’Université de Bologne, a testé l’E-Cat; Brian Josephson, prix Nobel pour la Physique, satisfait des tests proposés par Rossi; Dennis Bushnell, Scientifique chef à la Nasa; mais aussi des Cadres d’organismes publics et privés, des politiciens, des chercheurs intéressés aux LENR pour arriver aux dizaines de blogueurs et usagers qui laissent une multitude de commentaires sur les différents sites traitant de la fusion froide. Toutes ces vicissitudes ont lieu principalement en Italie et aux USA.

Nous reporterons ci-après une interview qu’une fan de Rossi a réalisée après avoir été reçue dans l’établissement de Bologne par l’ingénieur afin de faire un tour dans la centrale d’1 Mw. (l’original se trouve à l’adresse: http://www.fantascienza.com/magazine/notizie/16367/e-cat-story-intervista-con-andrea-rossi/)

M. Rossi, vous êtes scénariste, producteur et l’interprète principal de cette saga, fort suivie, que l’on pourrait intituler « E-Cat Story ». Aviez-vous prévu un tel succès médiatique ?
Non, je ne sais même pas s’il existe un succès médiatique car honnêtement je ne consulte que le blog du Journal of Nuclear Physics. De temps à autre, lorsque j’ai un peu de temps comme maintenant je permets qu’on me fasse une interview mais je suis assez loin du discours des mass-médias car je n’ai pas le temps de les suivre et parce qu’ils volent de l’énergie à mon système nerveux. Donc en ce moment je n’en ai pas besoin. Non, je ne suis pas au courant, c’est vous qui me l’apprenez maintenant qu’il y a un succès médiatique.

Le rôle de votre épouse: combien et de quelle façon participe-t-elle à cette aventure ?
Ma femme est une économiste, elle a travaillé pour des sociétés de certification et donc elle s’occupe des aspects administratifs et fiscaux de notre société de façon à garantir le maximum de précision et correction. Cela est très important pour éviter de laisser des talons d’Achille comme il m’est arrivé par le passé. Le rôle de ma femme est donc très important car c’est elle qui contrôle que tous les aspects fiscaux et administratifs de la société soient corrects. Moi je m’occupe de la partie scientifique et technique.

Depuis combien d’années êtes-vous marié ?
Vingt.

Cette découverte est votre passion, votre vie. Vous y accordez seize heures par jour. Avez-vous le temps de cultiver d’autres intérêts ?
En ce moment j’ai peu de temps. Je tente de faire de l’exercice physique, je joue au tennis avec ma femme. Je lis des romans, en anglais car ça me sert pour m’entraîner avec la langue: je vis aux Etats-Unis, je suis résident à Miami mais ma langue maternelle n’est pas l’anglais donc pour moi c’est une conquête que je dois entretenir jour après jour et donc j’essaie de lire le plus possible.

Vous lisez des livres de science-fiction ?
Sincèrement, non. J’ai lu quelques livres d’Isaac Asimov, mais ce n’est pas un genre qui me passionne.

Si un film sera fait sur l’E-cat, quelle caractéristique voudriez-vous que l’on mette en évidence ?
La seule chose à divulguer est le fait qu’une énorme masse de travail est nécessaire pour obtenir des résultats acceptables. Il me semble que c’est une chose importante à faire comprendre surtout aux jeunes car durant ces dernières années il s’est créé une mentalité selon laquelle les jeunes ont l’illusion de pouvoir gagner beaucoup d’argent tout en en travaillant peu, donc au lieu d’étudier à l’école ou fe faire de l’apprentissage sur un lieu de travail ils dédient leur temps à des choses futiles.

Vous préférez déjeuner chez vous ou au restaurant?
Chez moi.

Qui cuisine ?
Ça dépend. Ma belle-mère, ma femme ou moi. On s’arrange. Malheureusement en raison de mon travail je suis obligé d’aller souvent au restaurant mais je n’aime pas ça.

Votre plat préféré ?
Risotto à la milanaise.

Thé ou café?
Café. Mais… quel aspect psychologique cherchez-vous dans cette question ?
Aucun, seulement une idée du « personnage ». Par exemple le capitaine Picard boit du « thé, Earl Grey, hot ».
Ah, je comprends, comme le Martini de James Bond!
Exact !
Bien, moi je bois du café, en général peu sucré. Mais s’il est vraiment bon je le prends volontiers amer.

Vous voyagez énormément, surtout entre l’Amérique et l’Italie. Vous utilisez des trucs pour gérer le décalage horaire ?
Malheureusement, j’ai désormais perdu complètement la notion des horaires, mon physique ne sait plus quand c’est l’heure de dormir ou de manger… non le décalage ne peut pas être géré pour quelqu’un qui change constamment ses horaires comme moi. Désormais je mange quand j’ai faim et je dors quand j’ai sommeil. Je dors très peu, je mange une seule fois par jour. Je ne vole pas seulement entre les Etats-Unis et l’Italie mais aussi en Australie, en Asie, en Afrique. Il m’arrive d’avoir de gros coups de fatigue à de mauvais moments mais aussi de passer les nuits en travaillant sans avoir envie de dormir. Je n’arrive pas à dormir en avion et donc je travaille durant le vol. Les cachets pour dormir ne me font rien, tout comme le café ça ne m’excite pas. J’ai un système nerveux assez indifférent tant aux stimulations excitantes qu’à celles calmantes.

Quelques questions sur  « l’intrigue du film ». Vous avez un agent publicitaire? Vous avez pensé à une campagne qui implique les femmes ? pour le moment il semble que le public féminin ne soit pas très intéressé.
Oui, nous avons une agence publicitaire. Moi je n’y comprends rien mais je suppose qu’elle fasse ses choix en fonction de la clientèle. D’après ce que je vois sur notre blog, où il y a désormais environ dix mille commentaires, je dois dire que ce sont surtout les hommes qui s’intéressent mais vous, vous êtes un paradigme vivant du fait que les femmes s’y intéressent aussi. dans les décennies précédentes, dans les familles on pensait que les petites filles devaient être orientées dans leurs études et dans leur vie. Aujourd’hui cela a été heureusement dépassé, dans les facultés d’ingénierie il y a beaucoup de femmes, dans celles de physique il y a presque plus de femmes que d’hommes. A l’avenir il y aura certainement un équilibre en ce qui concerne l’intérêt dans le domaine technologique mais pour le moment l’héritage du passé est encore présent. En ce qui concerne les orientations de la campagne publicitaire je laisse faire les professionnels.

Vous avez vraiment rompu avec la Defkalion?
Oui, heureusement oui.

Un commentaire sur leur annonces sensationnelles ?
Aucun commentaire.

L’hydrofusion est-elle légitime ?
Oui, l’hydrofusion est notre licencié. Il s’agit de quatre jeunes de Stockholm, ayant pris une maîtrise en physique, qui ont obtenu notre licence commerciale exclusive pour les Pays de l’Europe du Nord.

Votre société européenne sera en Suède ?
Fort probablement nous travaillerons aussi bien en Suède qu’en Italie.
Excellente nouvelle, je dois dire inattendue !
Mon ADN est italien, dans ma famille on en est à la troisième génération d’entrepreneurs italiens, j’ai décidé que je ne peux ne pas travailler en Italie.

Votre société sera à Bologne?
(pause, sourire) No comment.

- Je vous remercie infiniment, M. Rossi, pour vos réponses et pour m’avoir permis de faire un tour dans votre centrale d’1 Mw.
- De rien. J’ai apprécié votre visite.