Le 19 avril dernier, dans l’amphithéâtre de l’I.I.S (Institut d’Enseignement Supérieur) Leopoldo Pirelli de Rome le projet ATHANOR a été présenté et un débat fort intéressant a eu lieu concernant les transmutations nucléaires à faible énergie (LENR Low Energy Nuclear Reaction) ou “Fusion Froide”.
Dans le cadre du projet interdisciplinaire “Il Sole in Laboratorio” un groupe d’enseignantes en matières scientifiques – les Prof. Abundo, Pieravanti, De Santis, Cipriani – aidées de leurs élèves en Constructions, Environnement et Territoire, a réussi à construire et à faire fonctionner 5 réacteurs LENR, l’un plus sophistiqué que l’autre. Le dernier de ces réacteurs a été breveté et présenté à la communauté scientifique. Il pourra être employé également dans des laboratoires extérieurs afin de donner lieu à des expérimentations reproductibles.
Cette conférence s’est ouverte avec les salutations de la Directrice de cet Institut Mme le Professeur Flavia De Vincenzi. Ensuite est intervenue l’Inspectrice MIUR Mme Elvira Nota et de Mme le Prof. Rosanna Ghiaroni, ancien Recteur de cet Institut. L’attention a été attirée sur le lien important qui existe entre cette école et la recherche, dans l’application des sciences intégrées prévues par la réforme.

Ce projet a été présenté par le Prof. Ugo Abundo. Est intervenu ensuite le Prof. Cesare Rocchi, architecte, qui a mis en évidence ses applications pratiques possibles.
La base théorique de toute cette expérimentation est constituée par les études de Fleischmann et Pons qui déclarèrent que des réactions nucléaires de fusion étaient possible sans avoir nécessairement recours aux 10 millions de degrés qui servaient d’habitude pour les réaliser, jetant ainsi les bases d’une possible source d’énergie illimitée.
Le prof. Abundo a ensuite montré dans le labo la mise en marche en direct d’un réacteur, expliquant que la production obtenue dépasse 400%, c’est-à-dire que 100 unités d’énergie électrique pourraient en produire 400 thermiques, qui pourraient être employées afin d’avoir de l’eau chaude sanitaire et le chauffage.
Après la démonstration du fonctionnement de ce réacteur, un débat fort soutenu s’est ouvert sur cet argument auquel ont pris part les membres de l’assemblée.
En outre, les étudiants ont exposé leur parcours de recherche en Mathématiques avec les prof. Mme Pieravanti; en Sciences, Mme De Santis et en Chimie Mme Cipriani.

L’importance principale de ce projet a donc été l’expérience scolaire qui a duré plus d’un an et qui a permis de faire connaître aux élèves des technologies énergétiques innovantes et de leur faire suivre un parcours de développement et de croissance didactique, ayant des résultats vraiment surprenants.

Ces jeunes étudiants seraient-ils en passe de devancer les grands chercheurs en fusion froide et réussir ainsi un exploit historique ?? …