Comment fonctionne l’E-cat ? Quelles réactions ont lieu au sein du catalyseur d’énergie d’Andrea Rossi ? le mystère et le silence sont encore bien présent tout autour de ce mystérieux réacteur. Mais tout récemment l’ingénieur s’est laissé « échapper » quelques indiscrétions concernant son boîtier magique.
Au cours d’une interview faite par Scott Russell à l’occasion d’une émission radio West Coast Truth, l’ingénierur Andrea Rossi a révélé quelques détails en plus «nous nous forçons le proton, le noyau de l’atome d’hydrogène pour l’amener à une pression très élevée, en concentrant sa masse sur une surface extrêmement réduite». Selon Rossi la pression est une force qui dépend non seulement de la masse mais également de la largeur de la surface sur laquelle cette masse concentre son propre poids. De cette façon, en forçant les atomes de l’hydrogène à l’intérieur des microstructures grâce au nickel «on réduit la surface sur laquelle ils produisent la pression de départ». C’est ici que l’on enregistrerait la production de rayons gamma.

Au cours de cette interview, l’ingénieur italien s’est également attardé en abordant la question de l’hypothèse d’un complot contre son E-cat: «s’il y a des conspirations elles doivent être démontrées à l’aide de preuves, je n’ai aucune preuve de cela. Il n’y a aucune conspiration contre moi. Je suis en train de faire un très bon travail et je le fais très bien». Selon lui, personne ne serait en train de chercher de le boycotter. La fusion froide a toujours été un thème brûlant mais cela n’est pas une raison pour que le père de l’E-cat doive penser à courir des risques et à se trouver en danger. La seule « menace » qu’il envisage et qu’il retient tout à fait raisonnable et justifiable est celle d’ «une certaine résistance évidente (due) à l’évidente conséquence d’une révolution technologique». Selon Rossi il est tout à fait normal et compréhensible que son catalyseur, bien qu’ouvrant les portes à la justice énergétique, soit attaqué de la part de ceux qui en revanche perdraient leur monopole et leurs privilèges assurés jusqu’à présent à l’aide de l’ignorance de la population. «Cela n’est pas un complot, c’est normal. Le fait que les réactions nucléaires à faible énergie jusqu’ici, depuis 1989, n’aient pas été commercialisée, ne dépend pas d’un complot, cela dépend du fait qu’il n’y avait pas de produits valables».

Et son E-cat? Les faits parleront d’eux-mêmes. «Si l’on insère un produit fonctionnant sur le marché, il n’y a aucune conspiration qui puisse l’en empêcher. Les gens l’achètent». Point…