Fusion Froide

énergie avec la Fusion Froide !

Affichage des articles dans Defkalion

Bon nombre de lecteurs se demandent depuis longtemps la raison pour laquelle, depuis plus d’un an maintenant, toute l’attention semble être désormais tournée vers les progrès de la fusion froide, notamment à l’égard du réacteur à faible énergie, l’E-cat d’Andrea Rossi. La grande (mais pour le moment encore présumée) invention que l’ingénieur italien aurait réalisée en collaboration avec le prof. Sergio Focardi, continue à être l’un des thèmes les plus chauds du web et à alimenter la majeure partie des articles qui circulent sur le net. Ce qui est encore plus étonnant, rappelons-le, c’est que l’E-cat a réussi à capturer l’attention des internautes malgré le fait que l’on en parle depuis plus d’un an sans avoir jamais eu concrètement une seule preuve si ce n’est une montagne de promesses.
Et si ce discours vaut pour le futur produit commercial de la Leonardo Corporation, la situation de l’ex associée grecque de Rossi et actuellement sa concurrente directe, la Defkalion Green Technology, n’en est pas moins obscure. Les deux dispositifs à fusion froide, l’E-cat et l’Hypérion, pourraient s’avérer un Saint-Graal énergétique capable de résoudre rapidement la crise mondiale énergétique actuelle.

Parmi les concurrents d’Andrea Rossi, un des plus importants est sans doute la société Brillouin Energy Corporation (BEC). La BEC est une société du Delaware, fondée le 13 janvier 2009, par l’ingénieur électrique, Robert E. Godes, afin de mener des études et des expérimentations concernant les réactions nucléaires à faible énergie (LENR).
Robert Godes suit la même voie que celle entreprise par l’ingénieur italien à savoir la production d’énergie propre. Le processus qu’elle suivrait serait celui d’utiliser le nickel et l’hydrogène, pour fusionner de l’hydrogène vers de l’hélium grâce à des impulsions électromagnétiques et produire ainsi des générateurs d’énergie propre.

Après la fermeture du forum de Defkalion Green Technologies, qui a été décidée à la fin du mois de février 2012 afin de maintenir le secret sur le projet de l’Hypérion, tous les usagers désirant avoir des informations au sujet du réacteur grec devaient aller se renseigner sur d’autres sites. La toute dernière information arrive d’un forum de Chris Martenson, journaliste scientifique qui s’occupe d’énergie, de finances et d’environnement.
Dans ce forum un message a été publié par un usager qui a cependant voulu maintenir son identité réelle secrète. Son identité virtuelle est « woomera ». Il affirme donc s’être rendu à Athènes et avoir visité l’établissement où se produisent les réacteurs nucléaires grecs à faible énergie, à savoir les Hypérions. Il affirme également avoir parlé avec les dirigeants de cette entreprise qui lui auraient fourni également de nombreuses informations sur leur produit. Comme celle, par exemple, concernant sa commercialisation qui devrait démarrer déjà, semblerait-il, cet été.

Finalement des nouvelles commencent à arriver concernant le réacteur nucléaire à faible énergie d’Andrea Rossi, l’E-cat. La question de savoir si cette découverte révolutionnaire est vraiment réalisable ou si elle relève uniquement de l’imaginaire ou de la mauvaise foi de ses inventeurs est de plus en plus présente au cœur des débats parlementaires ainsi que dans les émissions télévisées du Bel Paese.

L’émission tv italienne Voyager transmise sur la chaîne nationale Raidue le 19 mars dernier a finalement ouvert ses portes au thème de la fusion froide (LENR). Bien qu’elle n’est apporté rien de neuf pour ceux qui suivent de près l’affaire E-cat de Rossi et Focardi, elle a néanmoins dévoilé au grand public les recherches qui ont été faites par le passé et celles actuelles ainsi que les nouvelles perspectives qui s’offrent au monde entier dans le domaine de la fusion nucléaire à faible énergie.
Malgré la présence de forces contraires à la réalisation d’abondantes sources d’énergie propre et le silence des médias, une grande liberté d’information réssit en revanche à circuler via internet.
L’accent (même si trop mince) a été mis sur le silence de l’Accademia qui niait l’évidence expérimentale du phénomène de la fusion froide en se basant sur l’absence d’une théorie formelle apte à décrire ce phénomène. Pourtant, lorsque l’homme découvrit le feu il n’en fournit aucune explication… mais il a construit la civilisation. Lorsque Marconi inventa le télégraphe sans fil, même chose. Rappelons que Marconi tout comme Andrea Rossi sont originaires de Bologne….serait-elle donc le berceau des grands inventeurs ??

La Defkalion a décidé de fermer son forum sur la fusion froide. Un réel renversement de situation par rapport à la conduite menée jusqu’ici par la société hellénique toujours disponible à fournir des informations. Et c’est justement sur son forum que la Defkalion a communiqué les raisons qui sous-tendent la décision de fermer son forum.
La situation est différente maintenant car notre ouverture créé des problèmes qui peuvent endommager le succès de ce projet. ” expliquent-ils sur leur site. Mais ce qui est logique de se demander est de quelle façon un forum pourrait-il compromettre un projet qui promet de révolutionner le secteur l’énergie ? La communication sur le net aurait-elle réellement cet immense pouvoir ? ou bien cette affirmation cache-t-elle une toute autre vérité ? Difficile d’en juger. “Cette technologie a des implications internationales dans les secteurs de l’énergie, de la politique et des affaires” disent les Grecs. Quoiqu’il en soit, leur décision semble irrévocable.
Et ils ajoutent: “Notre société est capable de tout gérer et elle réussira à apporter cette tecnologie aux personnes. Afin d’atteindre cet objectif, nous devons finaliser la technologie avec les certifications, perfectionner nos produits avec les licences et commencer la production de masse avec nos partenaires. Durant les difficiles mois à venir, nous ne voyons pas l’utilité de laisser actif notre forum. Nous n’avons pas besoin de fournir des réponses, des explications ou des justifications au sujet de ce que nous faisons, de quelle façon et quand nous le faisons ”. Voilà. Le mot fin a été écrit.

L’impatience et l’agitation à l’égard de la sortie sur les marchés mondiaux des réacteurs révolutionnaires italien et grec commencent sérieusement à se faire sentir auprès des futurs usagers potentiels, surtout auprès de ceux qui se sont inscrits sur la liste d’attente pour les réservations de l’E-cat. Les réacteurs E-cat et Hypérion doivent encore démontrer, une fois commercialisés, d’être réellement des inventions miraculeuses, comme l’ont maintes fois répété et promis leurs inventeurs, respectivement l’ing. Andrea Rossi et la société Defkalion Green Technologies.

Par ailleurs c’est pour aujourd’hui que sont attendus les résultats du test en Grèce sur le réacteur de la Defkalion, l’Hypérion. Qu’en sera-t-il ?

Sur la route de la fusion froide les destins et les vicissitudes de l’E-cat de l’ing. italien Andrea Rossi et de l’Hypérion de la Defkalion grecque continue de se croiser. Ainsi, d’une part les Grecs ont accepté la proposition que leur a faite le leader des sceptiques australiens, Dick Smith, qui leur a offert 1 million de dollars pour faire d’éventuels tests indépendants sur leur réacteur à faible énergie.  Comme vous vous souviendrez, cette même proposition avait été faite également à Andrea Rossi, mais l’inventeur de l’E-cat avait refusé en poursuivant sa route en solitaire.

L’E- cat continue à susciter la curiosité parmi les usagers du monde entier. Sur le Journal of Nuclear Physics, une récente question concerne la production du catalyseur qui, d’après les récentes affirmations de l’Ing. Andrea Rossi, sera robotisée. Mais, alors que sur le versant grec c’est la course contre le temps, Rossi annonce sur ce Journal que la Leonardo Corporation serait en train d’élargir le cercle de ses investisseurs.
En ce qui concerne les certifications, un usager, qui signe sous le nom de Piero, est perplexe en raison du “fait qu’une chaîne de montage robotisée a été mise en place alors que la certification de l’E-cat va encore au ralenti”. Effectivement, ce processus à deux vitesses nous laisse assez perplexe. Mais selon lui, l’Ing. Rossi devrait prendre au sérieux cette question,  à savoir penser à la réalisation des lignes de production avant même de n’avoir complété la certification du catalyseur. Mais pourquoi donc Andrea Rossi aurait-il mis pratiquement la charrue avant les bœufs ??

Encore de grandes nouveautés nous arrivent en provenance de l’île grecque et plus précisément de la société Defkalion, qui rappelons-le, avait jusqu’à l’été dernier un contrat de collaboration avec l’Ing. italien Andrea Rossi. Depuis la rupture de leur contrat les deux chercheurs se font une concurrence acharnée dans le but d’arriver le premier à lancer son propre réacteur à fusion froide et à en revendiquer ainsi la paternité de cette formidable invention. L’Hyperion, la version grecque de l’E-cat, semble être de plus en plus proche à aboutir sur le marché mondial… Mais, invraisemblablement, c’est sur le même site concurrent, l’E-catNews, que nous retrouvons un article au sujet d’un commentaire publié directement sur le forum de la Defkalion Green Technologies.
Tout récemment ils avaient déjà publié une vidéo montrant en partie le fonctionnement de leur catalyseur basé donc sur la fusion nucléaire à basse énergie. A présent ils révèlent d’autres détails intéressants.