Fusion Froide

énergie avec la Fusion Froide !

Affichage des articles dans Investissements

Mauvaise nouvelle pour tous les usagers. L’E-cat domestique est malheureusement encore un mirage. Et tout ceci est la faute des certifications. Cette mauvaise nouvelle arrive tout droit de l’ingénieur italien, Andrea Rossi en personne qui, bien qu’ayant déjà délivré des déclarations  lors d’entrevues passées, en a récemment accordée une autre à une radio américaine au cours de l’émission Tom et Doug Radio Show. L’utilisation d’un tel dispositif à la maison, endroit dépourvu d’une présence constante de techniciens qualifiés, implique en effet que la délivrance de certifications de sécurité outlet soit très difficile à obtenir.

Le député Domenico Scilipoti est un grand défenseur de la fusion froide. Il l’a expressément déclaré durant le congrès qu’il a organisé dans la Sala della Mercede de Palazzo Marini, attaquant le quotidien ‘La Repubblica’, coupable, selon le député, de jeter le discrédit sur tous ceux qui, à différent titre, croient et s’investissent fortement dans cette nouvelle source énergétique possible.
Je ne veux rien ôter ni rien ajouter à mes collègues qui s’occupent et à ceux qui se sont occupés de cet argument – affirme en effet Scilipoti – mais si le député Chiesa a été présent ici depuis ce matin tout comme ma collègue Zamparutti, cela veut dire qu’en plus de donner leur disponibilité avec les mots il y mettent également le cœur et l’envie et la volonté de faire décoller ce projet”.
Pour défendre son action le député attaque tous ceux qui diffusent des voix contraires, dont le célèbre quotidien italien. Scilipoti cite tout particulièrement un article, publié le 5 juin dernier, dans lequel en réalité la journaliste attirait l’attention uniquement sur une seule des nombreuses expérimentations de fusion froide: la réaction piézonucléaire d’Alberto Carpinteri. A ce propos, il cite la rébellion de neuf chercheurs de l’Inrim, dont Carpinteri en personne est le Président, qui ont publié un démenti très dur accusant ouvertement le Président de ne pas avoir utilisé la méthode scientifique et d’avoir manipulé, de façon voilée, les données.
L’accord de la communauté scientifique n’est donc jamais arrivé et la politique à ce propos avait déjà exprimé son opinion déclarant que cet accord était fondamental pour procéder à l’allocation des financements publics. Une chimère pour beaucoup désormais, vues les diminutions continues qui affectent le domaine de la recherche. Et il est reconnu que lorsque les concurrents sont nombreux et les ressources en revanche sont faibles alors tous les coups sont permis, pourvu d’arriver le premier sur le podium.
Comme les différentes versions de la fusion froide, la réaction piézoélectrique en réalité n’a jamais rien allumé, pas même une petite ampoule”: celle-ci est probablement la phrase de ‘La Repubblicaincriminée par le député Scilipoti, selon lequel ce journal “a publié toute une page en disant que tout ce qui concerne la fusion froide était totalement inutile” et que “il y avait une pétition de différents scientifiques et de différents professeurs selon lesquels, ceux qui parlaient de fusion froide parlaient un langage différent, voire hérétique”.
Une transposition assez personnelle, celle qu’a effectuée le député Scilipoti, qui semble faire confiance également à la déclaration de Carpinteri sur la possibilité de prévoir les tremblements de terre…

Suite aux nombreux courriels faisant l’objet de la question controversée de la fusion froide, nous reportons ici, grâce à l’autorisation à le publier sur le site de 22passi d’amore e dintorni, le dernier courriel que le Prof. Giancarlo Ruocco,  du Département de Physique de l’IUniversité La Sapienza de Rome a reçu au sujet de la lettre envoyée par La Sapienza à l’Institut d’Enseignement Supérieur (IIS) Leopoldo Pirelli de Rome. (source: http://22passi.blogspot.it/search/label/Athanor%20IIS%20Pirelli)

***
De la part de: Riccardo T.
Objet: Athanor
Date: 28 mai 2012 19:00:41 GMT+02:00
A: Giancarlo Ruocco
Pour info: Daniele Passerini (22passi.it)

M. le Prof. Ruocco.

Deux millions de dollars. C’est le montant de la subvention que le duo Robert W. George et Robert Godes, respectivement Président et CEO de la Brillouin Energy Corporation, ont obtenu. Bien évidemment cette somme n’est pas à la hauteur des énormes capitaux dont disposent les géants mondiaux du nucléaire et du pétrole mais cela est tout de même suffisant pour financer, du moins au stade actuel, la recherche et les tests et leur permettre de poursuivre leur projet de recherche qui, semblerait-il, est déjà à un stade fort avancé.

Rossi quitte l’Italie et ne produira son E-cat qu’aux USA. Mais pourquoi cette décision qui en fin de comptes va contre son propre pays d’origine ? le problème semble être que l’Italie n’ait pas confiance en lui et en son invention. Cette décision a été prise suite à la réponse que le sous-secrétaire d’état Claudio De Vincenti a fourni à la question parlementaire, présentée par le député Elisabetta Zamparutti au Ministère du Développement Economique concernant le catalyseur d’énergie de Rossi et Focardi. Mais Rossi réplique et accuse De Vincenti d’être ignorant et manipulé par les lobbies italiennes. Et la polémique explose.
Dans le texte de la réponse qu’aurait fourni le sous-secrétaire d’Etat il émerge un manque de confiance total à l’égard de Rossi et de son invention. En effet, après un préambule sur la fusion froide en général, il soutient fermement: “En ce qui concerne le catalyseur d’énergie appelé E-cat […] il convient de souligner que de nombreuses perplexités émergent quant au dispositif, dues au fait que les modalités de fonctionnement n’ont pas été communiquées par son inventeur. En effet, tant les aspects fondamentaux de la composition du combustible, que la structure intérieure du catalyseur sont encore protégés par le secret industriel. […] En outre, mis à part le brevet délivré pour l’Italie, l’inventeur n’a pas obtenu les autres brevets, il n’aurait notamment pas obtenu celui au niveau européen”.

Après la fermeture du forum de Defkalion Green Technologies, qui a été décidée à la fin du mois de février 2012 afin de maintenir le secret sur le projet de l’Hypérion, tous les usagers désirant avoir des informations au sujet du réacteur grec devaient aller se renseigner sur d’autres sites. La toute dernière information arrive d’un forum de Chris Martenson, journaliste scientifique qui s’occupe d’énergie, de finances et d’environnement.
Dans ce forum un message a été publié par un usager qui a cependant voulu maintenir son identité réelle secrète. Son identité virtuelle est « woomera ». Il affirme donc s’être rendu à Athènes et avoir visité l’établissement où se produisent les réacteurs nucléaires grecs à faible énergie, à savoir les Hypérions. Il affirme également avoir parlé avec les dirigeants de cette entreprise qui lui auraient fourni également de nombreuses informations sur leur produit. Comme celle, par exemple, concernant sa commercialisation qui devrait démarrer déjà, semblerait-il, cet été.

L’émission tv italienne Voyager transmise sur la chaîne nationale Raidue le 19 mars dernier a finalement ouvert ses portes au thème de la fusion froide (LENR). Bien qu’elle n’est apporté rien de neuf pour ceux qui suivent de près l’affaire E-cat de Rossi et Focardi, elle a néanmoins dévoilé au grand public les recherches qui ont été faites par le passé et celles actuelles ainsi que les nouvelles perspectives qui s’offrent au monde entier dans le domaine de la fusion nucléaire à faible énergie.
Malgré la présence de forces contraires à la réalisation d’abondantes sources d’énergie propre et le silence des médias, une grande liberté d’information réssit en revanche à circuler via internet.
L’accent (même si trop mince) a été mis sur le silence de l’Accademia qui niait l’évidence expérimentale du phénomène de la fusion froide en se basant sur l’absence d’une théorie formelle apte à décrire ce phénomène. Pourtant, lorsque l’homme découvrit le feu il n’en fournit aucune explication… mais il a construit la civilisation. Lorsque Marconi inventa le télégraphe sans fil, même chose. Rappelons que Marconi tout comme Andrea Rossi sont originaires de Bologne….serait-elle donc le berceau des grands inventeurs ??

Bien que la nouvelle année ait commencé, la démarche de Rossi, quant à elle, est restée telle. Il demeure fidèle à lui-même et continue de faire planer le mystère au-dessus non seulement de sa technologie révolutionnaire, n’ayant pas encore obtenu le brevet nécessaire, mais aussi de l’identité de son tout premier client américain.
Et américains seront les tous premiers E-cat produits et commercialisés. Bien que de pères italiens (Andrea Rossi et Sergio Focardi sont ses inventeurs), les tous premiers E-cat qui verront le jour seront américains.

Gérard – 16/11/2012 – La fusion ou LENR a beaucoup de potentialités, il reste que la nature humaine a du mal a changer, bravo pour votre optimisme. J’engage toute l’Italie à se lever et à ne pas se faire confisquer cette révolution technologique. Andréa Rossi n’a pas eu d’autre choix que de ce tourner vers les Etats-Unis…

Diplômé au MIT en Ingénierie Aéronautique-Astronautique, le Dr Eugene Mallove, obtînt en 1975 un Doctorat à Harvard sur les Sciences de la Santé de l’Environnement (Ingénierie de Contrôle de la Pollution de l’Air). Il fut rédacteur en chef du magazine Infinite Energy et directeur du Laboratoire de Recherche sur la Nouvelle Energie au New Hampshire. Il acquit une large expérience en ingénierie de haute-technologie dans des compagnies comme Hughes Research Labs, TASC (The Analytic Science Corporation), et le MIT Lincoln Laboratory. Il fut le Chef écrivain science au MIT lorsque l’histoire de la fusion froide apparut en mars 1989, et il en démissionna en 1991 après que sa demande d’investigation sur les données de la fusion froide au MIT (ce qui a aidé à discréditer le sujet entier) n’ait pas été faite correctement. La marginalisation par l’establishment scientifique du sujet de la fusion froide offre une forte ressemblance avec la marginalisation similaire du sujet extraterrestre/OVNI: les deux ont été ridiculisés parce qu’ils rompaient les paradigmes établis.