Martin Fleischmann nous a démontré que l’on peut vivre et mourir de façon honorable et de façon cohérente avec ses propres convictions ayant comme mission la Science et gagner… car en Science la vérité triomphe toujours à la fin.
Avec la mort de Martin Fleischmann, à 85 ans, dans sa maison anglaise (lui orphelin apatride européen adopté par une famille juive) meurt le dernier grand leader de la science du vingtième siècle.
Après avoir occupé les premières places dans la chimie et dans l’électrochimie il eut la chance d’assister et de répliquer des phénomènes nucléaires à température ambiante dans ses éprouvettes d’électrochimiste (le soleil en éprouvette ou la supernova en éprouvette comme le raconta Allan Widom dans un des séminaires à Pérouse), et vu qu’ils ne savaient ni lire ni écrire, ils le racontèrent lors d’une conférence de presse à Salt Lake et comme prévu, il y eut soudainement une chute des dieux, une chute des étoiles à la poussière. Martin Fleischman qui était une figure emblématique, une Lumière de la Science passa tout à coup pour un arnaqueur.
Parmi les nombreux articles il y en eut un qui fut particulièrement agressif à son égard publié sur le quotidien italien «Repubblica» après quelques années intitulé «Scientifiques pourquoi vous nous dupez ». Certes la fusion froide est encore remise en cause dans certains milieux, mais quoiqu’il en soit une expérimentation de transmutation avait réussi à Martin et ainsi la boue médiatique fut tout à transformée en or.
Mais de façon générale Martin ne se démoralisa jamais pour autant en raison de la perte des honneurs et des richesses «morales» et matérielles et il continua à travailler et à fournir un coup de main à tous les jeunes et les moins jeunes qui s’aventuraient sur la voie délicate de la Fusion froide.
Gianni degli Antoni et Vincenzo Valenzi racontèrent de l’avoir rencontré un soir, vers le début du second millénaire, chez Giuliano Preparata (peut avant que Giuliano ne s’éteignit) à Frascati où le grand théoricien italien qui, avec Emilio Del Giudice, malgré ses toutes premières réticences, avait accepté de s’intéresser à ce domaine  avec son puissant système physique mathématique pour donner une base théorique aux phénomènes observés dans les éprouvettes de F&P, et à d’autres  occasions à Naples et à Rome où il commémora Preparata, qui comme le dit également Zhadin, fut avec Galilée et Enrico Fermi un des plus grands physiciens de tous les temps.
Maintenant que Martin est monté aux Cieux, son travail à l’avant-garde et son engagement sont récompensés et développés dans des grands centres de recherche comme le Cern, la Nasa, et en Italie qui l’avait honoré et protégé avec ses théoriciens avec ses théoriciens et accueilli à Turin, Milan, Bologne, Pise et enfin à Rome où Srivastava a pu présenter dans l’amphithéâtre du Département de Physique l’état des recherches dans le domaine des Lenr et de la Fusion froide alors que de toutes parts l’on assiste à la course effrénée afin de mettre au point des applications industrielles de la fusion froide et domestiques afin de mettre un terme à la crise énergétique, environnementale et économique que sont en train de connaître les sociétés dans le monde entier.

Martin Fleischmann nous a démontré que l’on peut vivre et mourir de façon honorable et de façon cohérente avec ses propres convictions ayant comme mission la Science et gagner… car en Science la vérité triomphe toujours à la fin. Merci Martin …