Nier l’évidence ne sert à rien ni même tenter de banaliser et de ridiculiser les résultats: le réacteur d’1 Mw à usage industriel est bel et bien en vente et les autres typologies d’appareils sont en cours de développement, notamment le plus attendu, celui destiné à un usage domestique.
La Conférence intitulée Energy Change with E-Cat Technology a eu lieu à l’auditorium du Technopark Zürich. Bien que passée sous silence par les médias les plus influents, certains internautes ont néanmoins fait circuler cette nouvelle.
Sergio Focardi qui a mis au point l’E-cat avec Andrea Rossi, continue de confirmer que l’E-cat fonctionne et ne cesse de s’étonner face aux récits démodés des sceptiques.
Un brillant résumé de ce qui s’est passé à Zürich a été publié par Dottor Tecnologia qui dans son rapport, a écrit entre autres:

«Le débat qui a duré deux jours au sujet de l’E-cat, le dispositif génial tant débattu, conçu par l’ingénieur Andrea Rossi et le physicien Sergio Focardi qui, grâce à la fusion à froid, serait capable de produire une grande quantité d’énergie propre en consommant une quantité dérisoire de matières premières dans son fonctionnement, s’est terminé.
«Tout d’abord Rossi dans son premier discours du 8 septembre intitulé « Développement et aspects futurs de la technologie E-cat. Un coup d’œil sur la technologie nickel-hydrogène écologique » a diffusé les documents scientifiques des deux expériences distinctes conduites sur son appareil le 16 juillet et le 7 août dernier.
«Un des aspects les plus intéressants est celui qui a trait au COP, le coefficient de performance, de l’E-cat qui serait égal à 6, ou en d’autres termes, l’énergie produite est six fois supérieure à celle introduite.
«Une donnée qui n’est pas passée inaperçue pour la plupart des gens, car au départ l’inventeur-même italien avait parlé d’un COP pour son dispositif pouvant même arriver à 200. Répondant à une question au sujet de Rossi il dit: « c’est très différent de travailler dans un laboratoire avec un petit prototype de quelques centaines de Watts, destiné uniquement à des expériences, et non pas à être utilisé normalement. Pour l’instant, le COP a été baissé à 6 seulement pour ceux destinés à l’industrie, pour des raisons de sécurité. »
« Cependant plusieurs questions sont restées encore sans réponse, pour la grande déception de la communauté scientifique et de tous les passionnés de technologie qui espéraient en savoir plus au cours de cette conférence suisse. Tout d’abord en ce qui concerne les noms des universités qui ont été chargées de la validation du produit, puis en ce qui concerne le mécanisme actuel de fonctionnement de l’E-cat (« ce qui se passe à l’intérieur ne peut être révélée. C’est un terrain miné », ce sont les mots de Rossi).
Le père de l’E-cat a expliqué son fonctionnement de cette façon: « l’E-cat est essentiellement un système de chauffage. Il utilise un catalyseur secret qui fusionne l’hydrogène et le nickel pour former du cuivre. Le cuivre a une énergie d’état inférieur au nickel et cette énergie excédentaire est délivrée sous forme de rayons gamma. Les rayons gamma heurtent une paroi de plomb où ils sont absorbés et convertis en chaleur. L’ensemble de ce processus est incroyablement efficace et peut chauffer tout le liquide qui traverse l’appareil ».
De nombreuses questions restent encore ouvertes tant sur le plan théorique qu’expérimental, mais ce n’est pas la première fois.
Il reste encore beaucoup à faire, mais l’E-cat a permis de faire prendre conscience qu’un nouveau territoire de la nature et de ses énergies a été identifié et qu’on a commencé à l’exploiter. De nombreux autres explorateurs sont actifs et sont à la recherche de nouvelles voies pour produire de l’énergie grâce aux réactions nucléaires à basse température…