Avec l’approche du test tant attendu de l’unité d’un MW, l’E-cat se fait une place de plus en plus grande dans les médias. Après avoir été cité dans Computer World et Network World c’est au tour de Forbes, le fameux magazine financier, d’écrire un article sur le réacteur de M. Andrea Rossi. Cette attention est alimentée par les succès répétitifs de l’E-cat et ses promesses de révolutionner la production d’énergie. Les réactions positives des observateurs et de certains scientifiques ont elles aussi contribué à faire sortir toute cette aventure de l’ombre.

De la même manière, la publication récente de l’analyse faites par Bob Higgins de Motorola Solutions a largement contribué à donner plus de crédibilité à l’invention de M. Rossi et a participé à rallier un certain nombre d’intéressés à la cause de M. Rossi. Cette analyse a mis en lumière le déroulement du test du 6 octobre et a fait ressortir les chiffres résultant de la démonstration tout en les accompagnant d’une discussion critique et de commentaires quant à l’avis de M. Higgins concernant l’E-cat.

Beaucoup contactent directement M. Rossi pour obtenir des réponses sur les sujets et les aspects qui les intéressent. Les questions et leurs réponses sont publiées et sont disponibles pour le grand public. Les questions vont des aspects proprement techniques jusqu’aux anxiétés par rapport à la possibilité d’une forme ou d’une autre de pollution.

En effet, les enjeux sont énormes. Si l’E-cat réponds aux attentes en produisant de l’énergie en abondance et à faible coût c’est toute l’économie du pétrole qui risque de s’effondrer ou au moins d’en prendre un coup. Si cela s’avère vrai le pétrole ne sera plus qu’une simple matière première pour la production de plastique et non plus l’or noir comme on l’appelle aujourd’hui, source de conflits et de guerres. Le monde en serait changé sachant que plusieurs pays ne vivent que des ventes de leur pétrole ou en sont lourdement dépendants, c’est le cas de la russie, la majorité des pays arabes et l’indonésie entre autres sans oublier la norvège.

Certains voient l’E-cat comme une réponse à tous les besoins énergétiques de l’humanité. Selon eux des réacteurs de taille réduite pourraient être installés dans les automobiles et autres moyens de transports. Cette idée vient du fait que l’unité d’un MW contient 52 E-cat reliés entre eux pour servir de centrale. Un design modulaire qui permettrait de produire plus d’énergie tout simplement en ajoutant de nouvelles unités à celles déjà existantes.