Le miracle que la science attend depuis des années est maintenant en vente sur Internet. Son nom est E-cat et c’est le réacteur qui produit de l’énergie propre grâce à des réactions nucléaires à faible énergie.
Il existe le modèle maxi, qui produit un mégawatt. Il y a également la version domestique mais qui ne sera disponible qu’en 2013. Et voilà, le rêve devient réalité.
Grâce à l’E-Cat Bologne a été projetée au cœur du débat scientifique international bien que celui-ci soit encore vu de mauvais œil de la part de certains physiciens dans le monde entier. Ceci en raison du fait que l’appareil est encore protégé par le secret industriel ce qui ne permet pas de comprendre ce qui se passe en son sein.
Pour tout le monde la fusion froide est synonyme de chimère. Mais cette fois-ci, si cette découverte sera certifiée, elle vaudra le Nobel. Rossi affirme cependant «il est désormais certifié que la machine fonctionne, nos données le prouvent». Il ajoute également que les coûts pour le carburant qui alimente le réacteur (à savoir le nickel) sont dérisoires. L’annonce a été faite à travers le site Ecat.com, où il y a également un documentaire sur la fusion froide, en partant de Martin Fleischmann et Stanley Pons, jusqu’à Giuliano Preparata, professeur de Physique Nucléaire à l’Université de Milan. Focardi affirme que leurs expérimentations ont donné lieu à une production de cuivre due à la fusion des noyaux atomiques de nickel et hydrogène, qui sont justement les  » ingrédients  » qui alimentent leur réacteur. En d’autres mots : la fusion froide.
C’est dans un entrepôt dans la périphérie de Bologne que des démonstrations ont eu lieu en avril et en octobre. Tous les tests publics pour démontrer le bon fonctionnement du réacteur n’ont cependant jamais dissipé totalement les doutes qui enveloppent son fonctionnement : l’Université de Bologne a participé à certaines séances, sans cependant prendre une position officielle  La seule solution serait que l’E-cat soit testé par un laboratoire universitaire indépendant pour comprendre exactement quel type de combustible est utilisé et de quelle façon le catalyseur qui se trouve à l’intérieur de cet appareil produit l’énergie. Le brevet (qui tutelle la propriété industrielle) empêche d’aller au fond du fonctionnement E-Cat. Il y a un mois des scientifiques français, allemands et même des membres de l’Académie de Suède ont vu l’appareil: «E-Cat a produit de l’énergie en autonomie», ont dit ses inventeurs. Mais il manque encore des certifications scientifiques. Rossi rassure que vu que le produit est déjà sur le marché, les clients qui ne resteront pas satisfaits seront remboursés…