Grande nouveauté sur le front des adversaires d’Andrea Rossi et de son E-cat. Les sceptiques à l’égard de la fusion froide vont avoir de quoi se réjouir. L’Association australienne, Australian Skeptics, engagée dans la recherche et l’explication des phénomènes paranormaux et pseudo-scientifiques, ne semble pas voir de bon œil le catalyseur d’énergie d’Andrea Rossi. Elle ne semble avoir aucun doute et affirme que lors des tests publics effectués par l’Ingénieur italien en mars 2011 pour démontrer le bon fonctionnement de son réacteur à fusion froide, une erreur de procédure aurait été commise.

Souvenez-vous. Lors de ces tests, les observateurs extérieurs avaient été mis dans les conditions de contrôler l’énergie à l’issue du réacteur mais aussi celle en entrée. En effet, l’E-cat, pour être activé, a besoin d’énergie. Et pour que le test puisse fonctionner et être déclaré valable, il est nécessaire de démontrer que l’énergie en issue soit largement supérieure à celle introduite dans le système.

Comme l’explique Dick Smith, chef de l’association des sceptiques australiens, justement le moment où est mesurée l’énergie introduite dans le catalyseur d’énergie constitue un des moments les plus délicats. Il explique que si par exemple l’un des câbles étaient accidentellement déconnectés, par conséquent la mesure du courant menée par les deux scientifiques suédois pourraient dans ce cas ne pas correspondre à toute la quantité d’énergie introduite au sein du réacteur. De ce fait, le gain d’énergie qui résulte au terme de cette mesure serait faussé et ne serait donc qu’apparent.
Effectivement, un des sceptiques australiens aurait réussi à démontrer qu’un câble de terre avait échappé au contrôle. Un câble qui potentiellement pouvait conduire environ 3 KW. Suffisamment pour infirmer le test.

Il s’agit certainement d’une découverte fort curieuse, qui ne fait qu’augmenter les doutes autour de l’E-cat. Cependant, comme le reporte le site ECat News, il n’y aurait pas non plus les preuves pour déclarer qu’il s’agit d’une arnaque.

L’histoire du câble pourrait être une erreur banale ou une déconnexion accidentelle et, de façon générale, le fait d’invalider le fonctionnement de quelque chose ne signifie pas automatiquement démontrer qu’elle ne fonctionne pas.

En ce qui nous concerne, demeurons dans le juste milieu, sans sombrer ni dans le scepticisme extrême des détracteurs de Rossi ni dans la confiance aveugle de ses partisans. Gardons les pieds sur terre et maintenons notre équilibre en nourrissant une part de saine incrédulité et une part de confiance et d’espoir en un avenir (proche) finalement meilleur pour l’humanité toute entière…