La bataille à distance continue sans trêve pour la commercialisation d’un réacteur à fusion froide. Et les Grecs annoncent maintenant être prêts et disponibles pour accorder des tests publics indépendants à 7 grands centres de recherche nationaux et internationaux.
La part de scepticisme que nous réservons à l’un vaut également pour l’autre car dans les deux cas il n’existe, au stade actuel, encore aucune preuve du bon fonctionnement ni de l’Hypérion ni de l’E-cat. Probablement cette ouverture envers 7 laboratoires importants permettra, une fois l’Hypérion observé, de fournir une confirmationou une infirmation – quant au fonctionnement révolutionnaire du réacteur alors que Rossi continue à maintenir le secret et à refuser tout test de la part de tierces parties.
Comme il a été publié sur le forum de la Defkalion, les Grecs annoncent donc avoir reçu jusqu’à présent diverses demandes et être sur le point de préparer les tests indépendants avec 7 centres de recherche et organisations de renom provenant tant de la Grèce que de l’étranger. Ils poursuivent en disant « avoir reçu des centaines de demandes provenant de chercheurs individuels indépendants du monde entier. Bien évidemment ils ne sont pas en mesure de satisfaire toutes ces demandes mais ils tenteront de contenter les chercheurs dans les deux prochains mois. »

Les Grecs déclarent en outre n’avoir rien à cacher et se disent être prêts à faire voir au monde entier de quoi ils ont été capables. Par ailleurs, il y a quelques jours, la Defkalion, par le biais d’une vidéo rendue publique sur le net, avait montré le fonctionnement de son Hypérion. Il reste à présent à comprendre si les résultats des testeurs volontaires seront rendus publics à court terme et où ils auront lieu. Mais la Defkalion rassure, toujours par le biais de son forum: « le processus de détermination des tests valables à la disposition des centres de recherche et les protocoles des centres de recherche sur les instrumentalisations ou des organisations, nécessite certaines précisions et une compréhension des données peut-être plus longue que ce que l’on croyait, cela en raison de la bureaucratie interne. »
Une fois surmonté l’obstacle bureaucratique, le fonctionnement de l’Hypérion devrait être rendu disponible à quiconque.

Et Rossi ? quant à lui, il ne craint pas la confrontation. Sur le Journal of Nuclear Physics il répond à un usager en disant « L’E-cat arrivera sur le marché réel avant tous ses concurrents et à un prix qui découragera tous les compétiteurs potentiels ».
Est-ce la stratégie gagnante ? ce qui est sûr est que Rossi n’a certainement pas peur, malgré les efforts surhumains qu’il est en train de déployer. A en croire ses affirmations il travaillerait 16 heures par jour. Tout récemment il dit même avoir travaillé 26 heures de file (dont 11 en avion). Et rappelons qu’il a également renforcé sa propagande publicitaire avec la formule « satisfaits ou remboursés »…