Fusion Froide

énergie avec la Fusion Froide !

Affichage des articles dans Investissements

La fusion froide de Pons et Fleishman…un bon exemple de la zone dangereuse entre la science et la pseudoscience parfois franchie allègrement est la controverse de la fusion froide, associée aux Rayons N de Blondlot. Le 23 mars 1989, deux chimistes d’universités respectées des Etats-Unis et d’Angleterre, Stanley Pons et Martin Fleishman, stupéfièrent la communauté scientifique avec une annonce qui, si elle se fût avérée, aurait sonné la fin des problèmes d’énergie à venir et pour toujours. Ils rapportèrent (initialement dans la presse populaire, plutôt que dans un périodique à comité de lecture, bien que des papiers plus sérieux apparurent par la suite) qu’ils avaient réalisé une fusion nucléaire avec un appareillage peu coûteux, dans un laboratoire de chimie tout ce qu’il y a de plus banal. Il s’agissait d’une nouvelle d’autant plus remarquable que des décennies et des centaines de millions avaient été dépensés pour en arriver à la fusion nucléaire telle qu’elle est connue de nos jours, progressant à pas de fourmis.

 

 

 

 

 

 

 

« Le procédé de fusion nucléaire – procédé à froid, sans danger, sans rejet, utilisant un simple isotope de l’eau – résoudra tous les besoins énergétiques de l’humanité. Cette technique sera mise à notre disposition avec l’instauration du partage… » (Benjamin Creme, Share International, déc. 1988)

L’énergie durable pour tous, c’est à travers cette résolution que l’ONU a proclamé l’année 2012 Année internationale de l’énergie durable pour tous.

L’énergie est le poumon de la société, elle concentre à elle seule les réflexions essentielles de notre société, à la fois économiques mais aussi sociales. L’ONU a donc inscrit cette nouvelle année 2012 pour l’accès de services énergétiques propres, efficaces, abordables et fiables à tous. Indispensable afin d’assurer la prospérité mondiale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette grande découverte date à présent de 2009. Malheureusement aucun développement, aucune suite n’y ont été donnés. Aucune autre référence, mis à part le site Tours2piste (http://www.tours2piste.com/blog/?p=2696) n’a pu être trouvée. Cependant, nous donnerons ici un bref exposé de l’extraordinaire découverte qu’avait, semble-t-il, fait une équipe de chercheurs américains.

Elle présageait une fantastique révolution dans le domaine de l’automobile, mais aussi pour l’humanité toute entière. En effet, l’équipe dirigée par Lucy Genero, avait mis au point le premier réacteur à fusion froide stable.

 

L’annulation du mariage entre Defkalion et Andrea Rossi qui à première vue risquait de nuire à la production de l’E-cat, peut en revanche se transformer en avantage pour le futur de la fusion froide.  Comme dans toute perspective fructueuse, personnelle mais aussi « universelle », les 2 parties litigieuses, en se faisant une concurrence acharnée, ne font en fait que lutter pour un même objectif en doublant ainsi ses chances de réussite.


Continuons à suivre les vicissitudes liées à l’E-Cat d’Andrea Rossi et à la fusion froide car comme face à toute nouveauté, l’opinion se divise: les partisans du scepticisme contre les partisans de l’enthousiasme. Cette dichotomie demeure également suite aux deux tests effectués récemment  sur l’appareil de 1 MW, en particulier lors du dernier test qui a eu lieu le 28 octobre dernier à Bologne.

Suite à ses nombreuses recherches, dès la fin des années ’80, l’Ing. Rossi a mis au point un prototype qui fonctionnait puis s’est remis entre les mains  de l’Ing. Focardi, concernant les bâches contre les radiations. Mais de nombreux points d’interrogation enveloppement encore l’E-Cat, son fonctionnement et la réaction qui produit de l’énergie.

 

Selon le blog de Daniele Passerini, 22 passi, le prix de Nobel de Physique, Brian Josephson, devrait assister a la prochaine batterie de test concernant l’E-Cat qui devrait durer au moins 12 heures. Brian Josephson a obtenu le prix nobel en 1973  » pour sa prédiction théorique des propriétés des supercourants à travers un barrière tunnel, en particulier ces phénomènes habituellement connus sous le nom d’effets Josephson. »

Une fois encore, même si le test n’évitera pas d’essuyer des inévitables critiques, ceci est un nouvel exemple de la détermination du Professeur Rossi de faire valider son expérience par les plus hautes autorités du monde scientifique.

 

Les États Unis ne pourront plus continuer à dominer le monde si elle ne change pas de politique énergétique à déclaré le vice président américain, Joe Biden, lors d’un sommet de l’énergie propre qui s’est tenu à Las Vegas.

L’Amérique se trouve derrière la Chine et l’Allemagne en ce qui concerne les technologies vertes a affirmé Biden. « Afin de ne pas être dépendant du pétrole venu de l’étranger, nous devons contribuer au développement des énergies propres. Si nous venons à réduire la part du budget consacré au domaine des énergies alternatives ou renouvelables, nous commettrons la plus grande erreur que l’Amérique n’ait jamais commise durant tout le long de son histoire. »